Nouveau réseau lancé pour aborder les complications liées au diabète

Par admin – 31 mars 2016, 14 h 32

UN PARTENARIAT UNIT NEUF ÉTABLISSEMENTS DANS LA LUTTE CONTRE LE DIABÈTE

Pour publication immédiate – le 31 mars 2016

TORONTO, Ontario. – Un nouveau réseau de recherche national a été lancé aujourd’hui afin de transformer la santé des gens vivant avec le diabète et ses complications. Ce réseau sera dirigé par deux des meilleurs chercheurs canadiens du domaine et regroupera des chercheurs menant des recherches de pointe en santé et dans le domaine biomédical dans neuf établissements du pays.

« Le diabète est actuellement un lourd fardeau pour notre système de santé. Un Canadien sur quatre est atteint de diabète ou de prédiabète, et le traitement de cette maladie nous coûte 16 milliards de dollars par année. D’ici 2020, nous estimons que plus de 3 millions de Canadiennes et de Canadiens seront diabétiques. Nous avons l’occasion de tirer profit des recherches exceptionnelles menées au Canada pour trouver de meilleures solutions », a expliqué le professeur Gary Lewis, directeur du Banting and Best Diabetes Centre à l’Université de Toronto et scientifique principal du Réseau universitaire de santé.

Le professeur Lewis dirigera le nouveau Réseau de la Stratégie de recherche axée sur le patient (SRAP) sur le diabète et ses complications avec l’aide du professeur Jean-Pierre Després, directeur de la recherche en cardiologie de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, directeur de la science et de l’innovation de l’Alliance santé Québec et professeur de kinésiologie à l’Université Laval.

Aujourd’hui, la ministre fédérale de la Santé, Jane Philpott, a annoncé le financement de cinq réseaux de la SRAP sur les maladies chroniques par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). « Ces réseaux seront à l’origine d’innovations qui amélioreront la santé des Canadiens et positionneront le Canada comme chef de file mondial de la recherche sur ces maladies chroniques », a déclaré le Dr Alain Beaudet, président des IRSC.

Chaque réseau de la SRAP recevra 12,45 millions de dollars des IRSC, un montant qui fera l’objet d’un financement de contrepartie des partenaires. Le Réseau de la SRAP sur le diabète et ses complications a comme partenaires l’Association canadienne du diabète, la FRDJ, la Fondation Michael Smith pour la recherche en santé, la Société recherche Manitoba, l’Alliance santé Québec, la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick, l’Institut de recherches cliniques de Montréal ainsi que des contributeurs du secteur privé, entre autres Merck Canada inc., AstraZeneca inc., Caprion Proteome inc. et WinSanTor inc. Ces partenaires fourniront un investissement sur cinq ans totalisant 19 millions de dollars additionnels au Réseau de la SRAP sur le diabète et ses complications.

« La FRDJ est fière d’être un partenaire de la SRAP, puisque nous accordons énormément de valeur au travail de collaboration des chercheurs canadiens visant à accélérer la recherche sur le diabète. Ces efforts donnent aux patients l’espoir d’un monde meilleur, un monde sans diabète de type 1. Et c’est cette recherche qui nous aidera à y parvenir plus rapidement », a expliqué Dave Prowten, président et chef de la direction de FRDJ Canada.

« Notre réseau facilitera l’établissement de liens significatifs entre les fournisseurs de soins de santé primaires, leurs patients et les spécialistes pertinents afin d’améliorer les soins de santé et d’entraîner d’importantes économies de coûts au sein du système de santé », a renchéri le Dr Després.

« Je vis avec le diabète de type 1 depuis 49 ans, et je sais d’expérience à quel point les complications du diabète sont dévastatrices; j’ai en effet perdu la vue il y a 25 ans. La semaine dernière, mon neveu de 14 ans a reçu un diagnostic de diabète de type 1. Cette maladie continue d’être dévastatrice. C’est pourquoi je me sens interpellée et j’ai envie de combattre et d’être membre de ce Réseau de la SRAP, a déclaré la défenseure des droits des patients Debbie Sissmore. Je suis enchantée de représenter les Canadiennes et Canadiens qui ont besoin d’aide pour prévenir et traiter les complications du diabète et également de militer pour eux. »

L’un des aspects sur lesquels le réseau mettra l’accent est l’impact du diabète sur les groupes vulnérables, dont la population autochtone, les immigrants, les femmes et les groupes ayant un faible statut socio-économique. « Nous savons que le diabète a un impact disproportionné sur ces groupes, mais il y a encore beaucoup de recherche à faire sur les raisons de cet état de fait et sur la manière appropriée et culturellement adéquate de fournir des traitements », a précisé le professeur Lewis.

Le réseau sera basé à Toronto au Réseau universitaire de santé et à l’Université de Toronto. Les autres organisations partenaires sont l’Université de Sherbrooke, l’Université Laval, l’Université de Montréal, l’Université de l’Alberta, l’Université de la Colombie-Britannique, l’Université du Manitoba et l’Université du Nouveau-Brunswick.

Pour en apprendre plus sur le Réseau de la SRAP sur le diabète, visitez le site Web :
Pour de plus amples renseignements :

Liam Mitchell
Directrice adjointe, communications
Faculté de médecine, Université de Toronto
Tél. : 416-978-4672
Courriel : liam.mitchell@utoronto.ca


Partnership unites nine institutions in fight against diabetes

For Immediate Release – March 31, 2016

TORONTO, ON – A new national research network was launched today to transform the health outcomes of individuals with diabetes and its related complications. It will be led by two of Canada’s top researchers in the field and includes researchers conducting leading-edge health and biomedical research at nine institutions across the country.

“Diabetes is a huge burden to our health system right now. One in four Canadians have diabetes or pre-diabetes and it’s costing us $16-billion per year to treat. By 2020, we anticipate that more than 3 million Canadians will have diabetes. We have an opportunity to harness the tremendous research being done in Canada to find better solutions,” said Professor Gary Lewis, Director of the Banting and Best Diabetes Centre at the University of Toronto and a Senior Scientist with the University Health Network.

Lewis will lead the new Strategy for Patient-Oriented Research (SPOR) Network in Diabetes and Related Complications – with Professor Jean-Pierre Després, Scientific Director of the Cardiology Division of the Quebec Heart and Lung institute, Director of Science and Innovation at Alliance santé Québec and a Professor of Kinesiology at Université Laval.

Today, Federal Health Minister Jane Philpott announced funding from the Canadian Institutes for Health Research (CIHR) for five SPOR Networks in Chronic Disease. “These networks will produce the innovations that improve health of Canadians and position Canada as a global leader in research on these chronic diseases,” said CIHR President Dr. Alain Beaudet.

Each SPOR Network will receive $12.45-million from CIHR to be matched by partners. The SPOR Network in Diabetes and Related Complications has partnered with the Canadian Diabetes Association, JDRF, the Michael Smith Foundation for Health Research, Research Manitoba, Alliance santé Quebec, New Brunswick Health Research Foundation, Institut de recherches cliniques de Montréal, as well as private sector contributors including Merck Canada Inc., Astra-Zeneca Inc., Caprion Proteome Inc., and WinSanTor Inc., for a total five-year investment of an additional $19-million for the SPOR Network in Diabetes and Related Complications.

“JDRF is proud to be a SPOR partner, as we greatly value Canadian researchers working collaboratively to accelerate diabetes research. This gives patients hope for a better world, a world without type 1 diabetes (T1D) and this research will move us there faster,” said Dave Prowten, President and CEO of JDRF Canada.

“Our network will facilitate meaningful connections between primary healthcare providers, their patients and relevant specialists to achieve improved care and significant cost savings within our health system,” said Després.

“I have been living with T1D for 49 years, and have experienced how devastating diabetic related complications can be; I lost my eyesight 25 years ago. Last week my 14-year-old nephew was diagnosed with T1D. This disease continues its devastating path, which is what compels me to fight back and be a member of this SPOR Network,” said patient advocate Debbie Sissmore. “I am delighted to represent and advocate for the Canadians that need help in the prevention and treatment of diabetes related complications.”

A focus for the network will be the impact diabetes has on vulnerable groups, including Indigenous peoples, immigrants, women and lower socio-economic groups. “We know that diabetes has a disproportionate impact on these groups, but there is still much more research to be done on why and how to deliver appropriate and culturally sensitive treatments,” said Lewis.

The network will be based in Toronto at the University Health Network and University of Toronto. The other partner organizations are Université de Sherbrooke, Université Laval, Université de Montréal, University of Alberta, University of British Columbia, University of Manitoba, and the University of New Brunswick.

You can learn more about the SPOR Network in Diabetes by visiting their website:www.SPORNetworkDiabetes.ca
For more information:

Liam Mitchell
Associate Director, Communications
Faculty of Medicine, University of Toronto
Tel: 416-978-4672
Email: liam.mitchell@utoronto.ca

 


Stay updated with News and Events