Partenaires patients

Nous croyons que la participation des patients à la recherche est la pierre angulaire de la construction d'un système de soins de santé durable, accessible, inclusif et égal pour tous. En 2014, les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont lancé leur stratégie de réseaux de recherche en recherche axée sur le patient (SPOR) sur les maladies chroniques. Action diabète Canada est l'un de ces réseaux et se concentre sur les améliorations à long terme de la gestion et du traitement du diabète et de ses complications. Faire participer les individus et les soignants à notre travail, garantit que les projets, la recherche, les outils et l'information que Diabetes Action Canada développe sont pertinents pour ceux qui vivent avec le diabète. Cette initiative renforce l'importance de travailler en partenariat avec les personnes dont la vie est touchée par une maladie chronique pour atteindre les objectifs de trouver de vraies solutions pour améliorer la vie des personnes et des familles qui vivent avec ces conditions.

À Diabetes Action Canada, les patients partenaires sont des personnes vivant avec le diabète ou des soignants (y compris la famille et les amis) qui ont accepté de collaborer au sein du réseau, apportant leur expérience vécue avec le diabète pour aider à éclairer la recherche actuelle et future au sein du réseau et au-delà.


Partenaires patients

Cliquez sur un profil pour voir plus d'informations sur nos patients partenaires

  • Virtue est une travailleuse sociale de Toronto qui vit avec le diabète depuis plus de 22 ans. Elle détient des diplômes de premier cycle et des cycles supérieurs en travail social, ainsi qu'un baccalauréat en production cinématographique et vidéo de l'Université York. Elle a combiné cette expérience avec les médias sociaux pour se connecter avec d'autres personnes atteintes de diabète. Elle a terminé ses recherches aux cycles supérieurs et a fait plusieurs présentations sur le diabète, le soutien par les pairs et les communautés en ligne. Elle a travaillé pendant plus de trois ans avec l'organisme de bienfaisance canadien Connected in Motion, qui offre des possibilités de soutien expérientiel et par les pairs aux adultes atteints de diabète de type 1. Là, elle a fourni du contenu en ligne et sur les réseaux sociaux, tout en fournissant des conseils de soutien aux personnes et aux groupes de personnes atteintes de diabète de type 1. Elle a actuellement un cabinet privé à Toronto où elle offre des services de thérapie et de counseling aux personnes aux prises avec diverses difficultés de santé mentale, y compris celles liées à une maladie chronique comme le diabète.

  • Tamara et le Kenya sont mère et fille de la Première nation Tataskweyak du nord du Manitoba. Le Kenya a été diagnostiqué avec un diabète de type 1 à l'âge de 9 ans en 2010. Pendant ce temps, Tamara dit qu'elle se sentait seule, sans ressources dans le nord pour soutenir les familles aux prises avec cette maladie. Ils ont décidé de déménager à Winnipeg pour se rapprocher de l'équipe de santé et s'instruire ensemble. L'objectif de Tamara et du Kenya est de prendre ce qu'ils ont appris, d'aider nos communautés et nos familles à partager leur histoire et leur expérience pour sensibiliser de toutes les manières possibles et aider à éduquer les enfants au diabète.

  • Ron est un défenseur actif des communautés de la démence, des soins, du vieillissement et de la recherche. En tant que soignant de son père qui a vécu avec la maladie d'Alzheimer pendant plus de 10 ans pour vieillir à la maison jusqu'en janvier 2018, Ron a utilisé la technologie, la communauté, des stratégies créatives et l'accès à la recherche pour aider sa famille à vivre bien et le mieux possible. Ces dernières années, Ron a été invité à faire des présentations à l'échelle locale et internationale pour les sociétés Alzheimer, les communautés, la police, les éducateurs, les innovateurs et les entreprises. Il partage ses connaissances sur la prestation de soins à mesure que nous vieillissons, les façons d'utiliser la technologie pour soigner et vivre en toute sécurité avec la démence, en particulier pour les personnes à risque d'errance et de disparition. Il est un membre actif, un conseiller et un mentor auprès de nombreuses organisations et établissements d'enseignement tels que AGE-WELL NCE, Centre d'innovation pour le vieillissement et la santé du cerveau (CABHI) à Baycrest, Stratégie pour les aînés de la ville de Toronto, Santé SE (anciennement connu sous le nom de Saint Elizabeth Health Care) et la Programme de recherche translationnelle (TRP) à la Faculté de médecine de l'Université de Toronto. Plus loin dans son passé, Ron a une formation en informatique, en sciences de l'espace et de la communication, en aquaculture marine, en coaching de vie et en arts culinaires. Il a été le fondateur et directeur général d'un centre de carrières et d'emploi pour les jeunes qui a servi plus de 30,000 XNUMX jeunes, immigrants et changeurs de carrière dans la région de Toronto pendant son opération.

  • Denis a récemment pris sa retraite et vit avec le diabète de type 1 depuis 35 ans. En 2015, il a eu son premier contact avec le monde de la recherche en santé. D'abord en tant que participant à un projet de recherche sur le diabète, puis en tant que membre d'un comité visant à promouvoir et à impliquer les patients en tant que partenaires de recherche. Denis est particulièrement intéressé et passionné par toutes les mesures / idées / projets menant à une intégration participative et dynamique des patients dans la recherche. Denis est actuellement président du Comité stratégique patient-partenaire du Centre de recherche du centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CRCHUS), membre du Communauté de pratique des patients et citoyens partenaires de la recherche en santé au Québec (CPPCP-RSQ) de l'Unité de soutien SRAP du Québec, et un participant à deux projets de recherche avec Diabetes Action Canada.

  • Je m'appelle Marie Hélène Monique Brière, je suis d'origine indigène, malécite de Viger, Cacouna et diabétique de type 2. J'ai participé à un projet de recherche «Plateforme patient partenaire» qui s'est déroulé en 2018 avec Marie-Claude Tremblay, professeure adjointe à la Faculté de médecine de l'Université Laval. Ce projet a réuni des Autochtones vivant avec le diabète de type 2. J'ai adoré ma rencontre avec Marie-Claude ainsi qu'avec les autres patients partenaires. J'ai découvert un monde jusqu'alors inconnu de moi. Suite à notre participation à la conférence Diabetes Action Canada tenue à Toronto en 2018, j'ai vraiment compris mon rôle en tant que patient partenaire. Mon implication dans divers projets de recherche se limite à ceux qui se déroulent en français car ma connaissance de la langue anglaise est minime. J'adore ces rencontres qui me permettent de partager mon point de vue et mon expérience de vie avec le diabète de type 2, et qui, je crois, peuvent aider les chercheurs; ils nous considèrent comme des partenaires de recherche égaux avec eux, ce qui est très gratifiant. Un grand merci à vous tous de nous avoir donné la chance de travailler avec vous.

  • Jean-Marc est officiellement à la retraite depuis 2011 du réseau de la santé. En 1971, à l'âge de 19 ans, il a reçu un diagnostic de diabète de type 1 et vit avec cette réalité depuis 50 ans cette année. Ce changement de santé a conduit Jean-Marc à changer d'orientation professionnelle puisqu'il était alors dans l'armée. Il reprend ses études à temps plein et devient éducateur spécialisé en 1975. Il travaille dans le réseau de la santé pendant quelques années et en 1979 s'implique dans les services de réadaptation en déficience visuelle pour une nouvelle clientèle. Tout en travaillant à temps plein, il a poursuivi sa formation aux États-Unis en devenant intervenant en réadaptation pour déficience visuelle. En 1985, il fait le saut dans le management en obtenant un poste d'administrateur auprès des équipes de spécialistes. Tout en travaillant à temps plein, il s'est engagé à temps partiel dans une formation en gestion et a obtenu son baccalauréat de l'Université de Montréal en 1995. En 2000, il a obtenu son diplôme de 2e cycle en gestion et développement de l'Université Laval.

    Dans les années 1980, Jean-Marc s'est impliqué dans la section locale du diabète du Québec en tant que membre au départ, puis en tant que président. Il est devenu membre du conseil d'administration provincial de l'Association du diabète et a été vice-président pendant un certain temps. Le développement de sections locales était l'un de ses objectifs prioritaires afin de soutenir toutes les personnes atteintes de diabète au Québec. Tout au long de ces 50 ans de vie en tant que personne diabétique, Jean-Marc a participé à différents projets de recherche avec des chercheurs du milieu hospitalier où il est suivi en endocrinologie. Depuis cinq ans, il est représentant des citoyens au sein d'un comité d'éthique de la recherche sur la santé des populations et des services de première ligne. Il est également patient partenaire de Diabetes Action Canada et est membre du cercle collectif des patients depuis le début et participe également à des projets de recherche.

    Jean-Marc reste actif en maintenant un bon rythme d'activités physiques quotidiennes tout en visant la meilleure maîtrise possible de sa condition. C'est maintenant plus facile avec l'utilisation de la pompe à insuline comme nouvelle technologie. Pour lui, la recherche est essentielle et, en tant que patient partenaire, nous devons partager nos connaissances et notre expérience entre nous et avec les équipes de recherche. Pour Jean-Marc, vivre sainement avec le diabète est un défi quotidien qui doit être relevé en permanence car il veut vivre le plus longtemps possible.

  • Pascual a travaillé comme organisateur du développement communautaire et défenseur des droits de la personne à Montréal de 1970 jusqu'à sa retraite en 2014. Il a travaillé et fait du bénévolat auprès d'un organisme qui s'est efforcé d'améliorer les services de santé pour les membres des communautés ethnoculturelles résidant au Québec. En 2004, il a reçu un diagnostic de diabète de type 2, mais pense que son état n'était pas diagnostiqué avant cela. Il souligne l'importance d'approches interdisciplinaires, holistiques et culturellement sensibles pour l'éducation, la formation, l'évaluation, le diagnostic et le traitement des patients dans le système de santé - en particulier lorsqu'ils travaillent avec de nouveaux arrivants. L'immigration dans un nouveau pays est souvent traumatisante, ce qui signifie que les soins adaptés à la culture et l'accommodement de la diversité devraient être une priorité pour réduire les obstacles à l'accès aux soins et au traitement. Il promeut l'importance de l'estime de soi et la formation de l'esprit et de l'esprit pour s'harmoniser avec tous les organes du corps. Il croit que la foi et la volonté peuvent avoir des pouvoirs de guérison même avec des maladies chroniques comme le diabète.

  • Sasha est une épouse et mère de quatre enfants qui se passionne pour la défense du diabète de type 1 en raison de son fils, Brayson (9 ans), qui vit avec la maladie depuis l'âge de 2 ans. Elle est devenue patiente partenaire de Diabetes Action Canada en Septembre 2017 et est membre du Cercle collectif des patients de Diabetes Action Canada, du Cercle des patients autochtones et du Conseil directeur. Elle milite également par l'intermédiaire de Diabète Canada et de FRDJ, ainsi que sur les plateformes de médias sociaux, partageant le parcours de type 1 de sa famille. Elle a présenté de nombreuses conférences, notamment la conférence annuelle de Diabète Canada en 2019, le symposium annuel de la Society for Medical Decision Making sur le thème «La prise de décision médicale tout au long de la vie» et un événement Bien vivre avec le diabète. Sa famille prévoit des réunions de groupe de soutien, des chars de parade pour faire connaître la communauté de type 1 dans sa ville et d'autres événements de collecte de fonds. Elle espère aider à combler le fossé entre le monde de la recherche et l'expérience vécue en partageant son histoire et ses connaissances de première main sur la maladie.

  • Howard est un patient partenaire pour le programme de formation et de mentorat et un membre du cercle patient collectif. Howard est retraité des Forces canadiennes. Il est de Winnipeg et vit avec le DT2 depuis 2008. Il souffrait de pré-diabète depuis 15 ans avant cela. Depuis sa retraite, il a participé au soutien des soins et de la recherche sur le diabète, notamment en tant que sujet dans deux projets de recherche sur les médicaments, membre du conseil d'administration du Centre d'excellence en diabète de la clinique Youville au Manitoba et membre de l'un des six groupes locaux de participation en santé les auspices de l'Office régional de la santé de Winnipeg. Il a participé au séminaire de formation fondamentale à Ottawa pour les bénévoles de la recherche axée sur le patient et fournit avec enthousiasme des commentaires pour l'amélioration des soins pour les Canadiens atteints de diabète.

  • Kate Farnsworth est la patiente partenaire codirigeante du programme Innovations in Diabète de type 1. Kate a été fortement impliquée dans le mouvement Do-It-Yourself #wearenotwaiting depuis que sa fille Sydney a reçu un diagnostic de diabète de type 1 à l'âge de 8 ans. Avec une formation en technologie de l'information et en conception graphique, Kate a prêté ses compétences pour développer une montre pour le diabète. visages pour la surveillance à distance utilisés par les patients du monde entier. Kate a créé une communauté de soutien en ligne axée sur le patient pour les personnes qui explorent des solutions de bricolage en boucle fermée et continue de plaider pour que toutes les personnes atteintes de diabète aient accès aux meilleurs outils pour gérer leur diabète.

  • Robert est le coordonnateur de l'éducation sur le diabète chez les Autochtones de l'Association des femmes autochtones de l'Ontario (ONWA). Robert est un Anishnaabe de la Première nation Animakee Wa Zhing n ° 37, Traité 3 et est le gardien du personnel de l'aigle pour le grand-mère Eagle de l'ONWA. Il est diplômé du Confederation College et de l'Université Lakehead avec un BA en sociologie et en apprentissage autochtone. Robert est passionné par son travail sur le diabète et consacre son travail à la mémoire de sa grand-mère. Le diabète a ravagé sa famille pendant trois générations, et maintenant les générations suivantes sont là. Robert est très impliqué auprès de sa communauté en tant que président du comité consultatif autochtone du réseau régional du Nord-Ouest de l'Ontario. Il est actuellement membre du comité consultatif du Centre régional des sciences de la santé de Thunder Bay pour l'engagement des chefs de file autochtones et du conseil des patients / familles du TBRHSC. Robert fait également du bénévolat pour le programme de soins palliatifs de l'Hospice Northwest et est ancien à la Cour des peuples autochtones, Thunder Bay Consolidated Courthouse. Robert croit fermement que le travail qu'il accomplit profitera à ses enfants, petits-enfants et aux prochaines générations.

  • André est co-facilitateur patient partenaire pour le programme de formation et de mentorat. André est un écrivain, conférencier et défenseur actif vivant avec T2D à Sherbrooke, QC. Il est un auteur accompli, avec son deuxième livre, «Le diabète: Un nouveau mode de vie à découvrir» écrit et publié en 2009 en collaboration avec des personnes atteintes de diabète de France et de Belgique. Avec ce livre, André espère combler le vide qui survient après l'annonce du diagnostic, pour aider les gens à mieux comprendre le diabète et ses complications, ainsi que pour permettre aux personnes atteintes de diabète de vivre une vie pleine et épanouissante. Vous pouvez accéder au livre d'André par en cliquant ici.

    André a également créé un site Web afin d'informer les personnes vivant avec le diabète sur la recherche et de soutenir les personnes nouvellement diagnostiquées dans l'apprentissage des modes de vie et de la gestion du diabète. Il est activement impliqué dans une variété de projets de recherche sur la participation des patients et le diabète, comme l'agent de liaison pour le conseil d'administration des patients SRAP de langue française (SPOR), partenaire patient pour le Centre de diabète, d'obésité et de complications cardiovasculaires du Centre Hospitalier Universitaire de Sherbrooke. , patient-partenaire du Réseau -1 Québec, patient-partenaire pour la recherche ComPaRe en France sur le diabète et coach de vie avec la Ligue du rein en France pour les personnes en dialyse. André souhaite utiliser son expérience pour aider les chercheurs à comprendre les réalités de la vie quotidienne avec le diabète. Il espère également contribuer à améliorer la qualité de vie de toutes les personnes atteintes de diabète

  • Je suis un homme d'affaires semi-retraité qui vit dans une ferme au nord de Toronto et qui vit avec le diabète de type 2 depuis environ 15 ans. Je travaille avec Gary Lewis depuis 13 ans pour soutenir le Banting Best Research Centre à Toronto. Je voulais soutenir une recherche qui ferait une différence dans la vie des personnes atteintes de cette maladie et Gary m'a invité à m'impliquer. Ce qui m'intéresse, c'est de voir le dévouement de chercheurs comme Gary et de tant d'autres à travers le Canada qui donnent tout pour très peu de récompense financière et les patients partenaires qui contribuent de manière significative en aidant les chercheurs à se concentrer sur leurs problèmes et leurs besoins spécifiques.

    Je suis patient partenaire chez Diabetes Action Canada depuis sa création et je siège au comité de direction du conseil. Je suis également président du comité permanent des finances et de la vérification et coprésident du comité de planification stratégique.

    Je suis également très impliqué avec le Rotary International et suis membre du Rotary Club de Bolton, dans les collines de Caledon, depuis 30 ans en aidant les gens localement et dans le monde entier. Bien que COVID-19 ait rendu notre travail plus difficile, nous avons livré avec succès plus de 20,000 masques médicaux aux personnes âgées, aux établissements pour personnes âgées et aux organisations à but non lucratif et avons fait don de centaines de certificats-cadeaux d'épicerie de 100.00 $ aux familles dans le besoin localement.

  • Dana Greenberg a reçu un diagnostic de diabète de type 1 (DT1) en 1972, à l'âge de 7 ans. Marley, sa plus jeune fille, a également reçu un diagnostic de DT20 à l'âge de 3 ans. Après le diagnostic de Marley, Dana a rapidement réalisé qu'elle était dans une position unique pour aider les autres parce qu'elle comprenait à la fois ce que cela signifie d'être une personne vivant avec le DT28 et ce que cela signifie signifie être parent d'un enfant atteint de DT26.

    Dana est une bénévole active au sein de nombreuses organisations de lutte contre le diabète à Toronto, où elle préside divers comités, fait des allocutions et a encadré des dizaines de familles vivant avec le DT1. Dana est impliquée avec Diabetes Action Canada en tant que patient partenaire depuis 2017. Dana est membre du Collective Patient Circle, est patient partenaire sur plusieurs projets de recherche et codirige le projet: Répondre aux questions importantes pour les personnes atteintes de diabète en utilisant le répertoire national du diabète.

  • J'ai rejoint DAC en 2017 et suis depuis membre du Collective Patient Circle. Cette organisation m'a donné l'occasion de m'impliquer et d'influencer des recherches importantes, tout en offrant le point de vue d'un jeune sur la vie avec le diabète. J'ai reçu un diagnostic de diabète de type 1 à l'âge de 7 ans, à peine 6 ans après que mon frère aîné ait reçu le même diagnostic. J'ai grandi en apprenant que le diabète ne me limitait pas et par conséquent, j'ai consacré une grande partie de ma vie aux sports de compétition. Je suis un diplômé récent de l'Université de l'Île-du-Prince-Édouard, où je termine mon diplôme de premier cycle en psychologie et biologie. J'espère continuer mes études et poursuivre une carrière dans le domaine de la santé. En fin de compte, j'aimerais aider les autres, comme on m'a aidé, à surmonter les obstacles dans leur vie et à atteindre leurs objectifs. Je suis fermement convaincu que tout le monde mérite la possibilité de poursuivre ses rêves, quelle que soit sa situation.

  • Alex est membre de la communauté Kanien'kehá: ka de Kahnawake, au Québec, près de Montréal. Il possède une vaste expérience de travail avec le projet de prévention du diabète de l'école de Kahnawake en tant que facilitateur d'intervention en prévention du diabète, coordonnateur de la formation et directeur exécutif. Il est récipiendaire d'un diplôme honorifique de docteur ès sciences de l'Université Queen's reconnu pour son travail exemplaire avec un certain nombre d'organisations nationales du diabète, dont l'Initiative sur le diabète chez les Autochtones de Santé Canada. Il s'efforce d'intégrer les connaissances traditionnelles des Rotinonsonni (les gens de la maison longue) dans sa vie quotidienne et de partager les enseignements traditionnels par le biais de mécanismes de soutien communautaire. Alex's a des liens étroits avec les communautés autochtones et croit fermement que la promotion de la santé, la mobilisation communautaire et l'autonomisation personnelle pour des modes de vie sains sont la clé de la guérison des traumatismes multigénérationnels. Il est codirecteur du programme Action diabète Canada sur la santé des peuples autochtones.

  • Adhiyat a reçu un diagnostic de diabète de type 1 en 2001. Elle est patiente partenaire de Diabetes Action Canada depuis 2017 et a participé à plusieurs projets de recherche, notamment en tant que patient partenaire principal pour l'essai T1ME et membre du comité directeur de la recherche. En dehors de cela, Adhiyat est un bénévole pour T1International comme son expérience vécue avec le diabète de type 1 a poussé son intérêt à plaider pour l'abordabilité de l'insuline et l'accès aux soins de santé. Elle est actuellement étudiante à la maîtrise en santé mondiale et sert également de partenaire de recherche sur les patients avec le réseau IMAGINE pour défendre les patients atteints de gastroparésie diabétique.

  • Barb et Clarence sont membres de la Première Nation de Pine Creek dans le territoire du Traité n ° 4. Ils sont tous les deux à la retraite de la fonction publique et continuent d'être actifs au sein de divers conseils et comités. Barbara est membre du Conseil national du Conseil des ressources humaines culturelles d'Ottawa, siégeant au Conseil consultatif permanent des Autochtones du Musée canadien des droits de la personne avec Clarence. Les deux siègent au Rassemblement national des aînés de Peguis, à Action contre le diabète du Canada du CAD, au Comité national sur les changements climatiques; tous deux sont conseillers culturels / spirituels pour First Peoples Investment Group ainsi que pour APTN - Aboriginal Peoples Television Network. Clarence est également membre du St. James Historical Museum et du Healthy Aboriginal Network à Vancouver. Clarence et Barbara ont été reconnues comme gardiennes de la sagesse par le Cercle des éducateurs du Manitoba ainsi que les deux récipiendaires du prix du jubilé d'or.

  • Kylie Peacock vit avec le DT1 depuis plus de 20 ans et a été une défenseure et une voix de soutien dans la communauté, en particulier dans le domaine du diabète et de la santé mentale. Elle a rejoint le comité de gouvernance de la recherche et représentera des patients pour le répertoire national du diabète. Kylie espère que davantage de personnes atteintes de diabète envisageront de devenir un patient partenaire afin de s'assurer que diverses voix et expériences sont représentées dans la recherche sur le diabète. «Être un patient partenaire est extrêmement gratifiant. Non seulement j'ai l'opportunité de contribuer à des recherches significatives et percutantes, mais j'ai également l'opportunité de nouer des relations importantes avec d'autres patients partenaires, le personnel et les chercheurs », dit-elle.

  • Roberta est Salish du littoral des tribus Snuneymuxw / Cowichan, mère et grand-mère. L'aînée Roberta s'est engagée dans un travail professionnel et bénévole dans les domaines de la santé, des services sociaux et de l'éducation pendant la majeure partie de sa carrière. Elle se consacre à bâtir une solide base de connaissances pour apporter des améliorations au système de soins de santé, en particulier pour les peuples autochtones. L'aînée Roberta a travaillé en partenariat avec des chercheurs de la UBC School of Nursing sur un certain nombre d'études. À ce titre, elle a dirigé des activités d'étude autour des approches autochtones de la santé. Son rôle a été de s'assurer que la recherche est pertinente et adaptée aux contextes autochtones et d'aider à la mise en œuvre des interventions en milieu clinique. Elle supervise les aspects cérémoniels et traditionnels des projets de recherche, y compris l'intégration des approches de guérison traditionnelles aux approches «occidentales». Les études auxquelles elle a participé concernant la violence structurelle et interpersonnelle et les traumatismes - y compris le colonialisme, le racisme et la pauvreté - et leurs effets sur l'accès aux soins de santé et la qualité pour les peuples autochtones.

  • Danièle, née en Belgique, est arrivée au Québec à l'âge de 14 ans. Elle a pris sa retraite de l'Université du Québec à Montréal, après 23 ans comme cadre administratif et chargé de cours à l'École des sciences de gestion. Elle est titulaire d'un diplôme de service social et d'une maîtrise en administration publique de l'ENAP. Depuis sa retraite, elle a fait du bénévolat pour divers organismes aux missions diverses: santé mentale, enfants malades, foyer pour enfants, groupe de promotion de la santé, cuisine collective pour aînés, etc. Son implication auprès de Diabetes Action Canada lui permet de continuer à s'impliquer dans la vie de la société. Partager, enseigner, écouter sont les valeurs qui ont toujours été au cœur de ses intérêts et de ses actions. Mère de deux enfants, elle a reçu un diagnostic de diabète de type 2 il y a longtemps (vers 35 ans). Elle a longtemps fait face à cette situation seule et c'est avec grand plaisir qu'elle a découvert Diabetes Action Canada et la possibilité de se joindre à ce groupe et de participer à la recherche de solutions et de soutien.

  • Debbie est la co-responsable des patients partenaires du programme de dépistage de la rétinopathie diabétique et siège au Conseil directeur de Diabetes Action Canada. Elle vit avec le diabète de type 1 (DT1) depuis 53 ans. En raison d'une rétinopathie diabétique, elle a complètement perdu la vue il y a 27 ans. En 2003, elle a participé à un essai clinique de greffe de cellules d'îlots (alias le protocole d'Edmonton) et a eu la chance de recevoir deux greffes de cellules d'îlots, dont elle est certaine qu'elle lui a sauvé la vie des complications du diabète. La recherche a joué un rôle majeur dans sa santé et son bien-être. Au fil des ans, Debbie a eu de nombreuses occasions de parler à des groupes communautaires au nom de Diabète Canada et de FRDJ de la façon dont la recherche a eu un effet si positif sur la vie de tant de personnes.

  • Je vis avec le diabète de type 2 depuis 40 ans et je prends une insulinothérapie pour le gérer. Je suis originaire d'Inde et j'habite au Canada depuis 1976. J'ai étudié à l'Université McGill à Montréal et jusqu'à récemment, j'avais ma propre entreprise avec 15 employés. Je suis activement engagé dans le travail bénévole au Centre universitaire de santé McGill (CUSM) à Montréal. Je suis trésorier du Comité des patients du CUSM et membre élu du Comité de la mission médicale. Je suis également membre du comité des patients de l'Hôpital général de Montréal et participe à des discussions de groupe de recherche.

  • Nadia est une analyste politique qui vit avec le diabète de type 2 depuis 11 ans. Elle détient des diplômes d'études supérieures en droit, gestion et gestion de projets. Elle est passionnée par la recherche et s'intéresse aux aspects culturels, au bien-être, à la nutrition et au soutien apporté aux immigrants aux prises avec le diabète. Elle plaide pour la sensibilisation et l'autonomisation des patients partenaires pour faire une différence. Elle croit au transfert de connaissances, à l'autonomisation, au soutien par les pairs, au mentorat et aime enseigner. Elle est devenue patiente partenaire de Diabetes Action Canada en février 2017 et est membre du Cercle des patients francophones et immigrants et du Conseil directeur de Diabetes Action Canada. Nadia habite à Gatineau, au Québec.

  • David est un dentiste à la retraite de Parry Sound dans le nord de l'Ontario et vit sans complications avec le diabète de type 1 depuis 70 ans. Il avait un an au moment du diagnostic alors que le traitement et la prise en charge étaient encore très primitifs. Il a été connecté au soutien du diabète tout au long de sa vie. Dans les années 1980, il a co-organisé un groupe d'autogestion du diabète à l'hôpital local qui comprenait des patients, des infirmières, des médecins et des proches aidants. Il a également participé à de nombreuses études sur les anticorps anti-insuline à Toronto. En 1980, il est devenu le premier injecteur d'insuline en Ontario, avec une très grande pompe à insuline à un programme, désormais archaïque. Dans les années 1990, il a été nommé pour siéger au conseil d'administration du nouveau réseau provincial de santé du diabète du Nord. Le NDHN s'est révélé très efficace, efficace et efficient pour améliorer la vie et réduire considérablement les complications diabétiques débilitantes sur 20 ans. Il a occupé tous les postes de l'exécutif, y compris le président et le président pour plusieurs mandats. Il a été intronisé au célèbre Club des 50 ans du Joslin Diabetes Center à Boston, aux États-Unis en 1997 en tant que survivant, et toujours sans complications après de nombreuses années de gestion très intensive. Il espère que ce qui a commencé comme un très petit groupe de membres est devenu un très grand groupe qui continue de croître! Il a été l'un des premiers participants à l'étude en cours sur la longévité du Dr George King à Joslin et continue de participer au volet canadien de l'étude.

Restez à jour avec des nouvelles et des événements