Programme vedette: Cercle des patients autochtones

Programme vedette: Cercle des patients autochtones

Notre cercle de patients autochtones a été très actif en 2019, travaillant avec nos équipes de Diabetes Action Canada pour établir des priorités de recherche sur la santé autochtone et le diabète. Au cours des deux derniers mois, notre cercle de patients autochtones s'est réuni pour discuter des défis importants au sein de leurs communautés et de la façon dont nos équipes de recherche peuvent impliquer les patients partenaires autochtones d'une manière culturellement sensible et respectueuse.

En mars, notre cercle de patients autochtones a été invité à aider notre programme de recherche sur le dépistage de la rétinopathie diabétique à identifier les obstacles aux soins de télémédecine dans leurs communautés. La discussion s'inscrivait dans une optique décoloniale axée sur la nation, la communauté, le clan et le moi, avec la construction coloniale imposée actuelle du gouvernement, de la bande, de l'interprofessionnel et de l'éducation / soutien. Cela a reconnu l'histoire coloniale du diabète et a encouragé la discussion à aller au-delà du bureau du médecin. Huit patients partenaires ont participé à cette discussion représentant une variété de pays, de lieux géographiques et d'expériences. Parmi les commentaires recueillis, un certain nombre de commentaires ont résonné au sein de l'équipe, y compris, mais sans s'y limiter, les suivants:

  • De nombreuses communautés sont à une distance significative des soins optométriques ou ophtalmologiques pour le dépistage de la rétinopathie diabétique, de plus si un problème est détecté et que les personnes sont référées à un traitement oculaire par un spécialiste sont encore plus éloignées.
  • L'accès aux médicaments est également un problème avec certaines pharmacies qui dispensent des médicaments selon un horaire restreint ou ne disposent pas de technologies telles que des glucomètres ou des pompes.
  • La visite du personnel médical dans les communautés offre un avantage important, mais elle affecte également la continuité des soins et l'établissement de relations nécessaires pour offrir des soins d'une manière culturellement sûre et respectueuse.
  • Le financement est apparu comme un énorme obstacle aux soins spécialisés, car on s'attend à ce que les gens assument les frais de voyage (essence / transport / vols) jusqu'à ce que les remboursements soient reçus des mois plus tard.

La discussion a également abordé des thèmes liés à l'éducation, à la fréquence des visites et à la disponibilité des professionnels de la santé, aux frais de déplacement cachés, à la gestion du diabète et aux connaissances traditionnelles.

La réunion de mars a également exploré les possibilités pour les chercheurs de s'associer aux communautés autochtones pour prévenir le diabète de type 2. Sept membres du cercle des patients autochtones ont participé à la discussion du groupe de discussion et de précieux commentaires ont été recueillis sur la façon d'établir des partenariats fructueux. Nous avons appris qu'il est extrêmement important pour les chercheurs qui souhaitent s'engager auprès des communautés d'approcher les partenaires autochtones d'une manière qui respecte leurs traditions, afin que des liens personnels puissent être établis et qu'un langage respectueux, des objectifs et des attentes clairs soient compris. Les partenariats doivent être égaux et ne doivent pas se terminer avec la conclusion de projets de recherche. Au lieu de cela, les chercheurs et les communautés devraient se regrouper autour de valeurs et d'objectifs communs qui bénéficieront durablement aux communautés. Les résultats de cette discussion ont été très instructifs pour notre équipe de recherche et ont fourni des informations précieuses sur l'approche respectueuse des communautés autochtones pour leur engagement dans l'élaboration de programmes de prévention du diabète de type 2.

En avril, notre programme de santé des peuples autochtones, en collaboration avec le réseau Can-SOLVE CDK SPOR, a accueilli le parcours d'apprentissage inaugural Wabishki Bizhiko Skaanj (wah-bish-kih biish-ih-goo skaa-nch) à Winnipeg, au Manitoba. Le parcours vise à améliorer les connaissances et la sensibilisation des chercheurs et des patients partenaires sur l'histoire des peuples autochtones au Canada et sur l'impact de la colonisation et des préjugés raciaux sur la santé des Autochtones. Il introduit des pratiques de recherche culturellement sûres axées sur les patients avec les communautés autochtones en tant que partenaires et contribue à créer un climat où l'histoire unique des peuples autochtones est reconnue et respectée afin de mener des recherches de manière équitable et sûre. Ce processus implique également de développer une pratique personnelle continue d'auto-réflexion critique et d'être honnête à propos de ses propres pouvoirs et privilèges, surtout en ce qui concerne les peuples autochtones.

La plupart des gens sont conscients des importantes disparités sociales et sanitaires entre les Autochtones et les non-Autochtones au Canada. Ce qui est également important, c'est le contexte dans lequel ces inégalités se produisent; la façon dont les facteurs sociaux, historiques, politiques et économiques ont façonné et continuent de façonner la santé des peuples autochtones. Le parcours aide à définir le contexte des raisons pour lesquelles ces différents résultats sanitaires et sociaux drastiques existent, et comment la recherche axée sur le patient peut aider à y remédier.

Wabishki Bizhiko Skaanj a été un grand succès, les participants ayant acquis des connaissances précieuses sur la manière d'impliquer de manière appropriée les communautés afin que la recherche puisse être menée en véritable partenariat.


Restez à jour avec des nouvelles et des événements