Le financement LEAP soutient le programme de mentorat des jeunes autochtones

Participants IMYP jouant à un jeu

Par Krista Lamb

Ce mois-ci, le Programme de mentorat pour les jeunes autochtones (IYMP) a été nommé l'un des onze programmes de l'initiative Healthy Futures par LEAP | Accélérateur pour l'avenir de la santé du Centre Pecaut pour l'impact social.

Avec le soutien de l'Agence de la santé publique du Canada, LEAP fournit un soutien stratégique et opérationnel approfondi, un encadrement, un renforcement des capacités et un financement aux entreprises sociales sélectionnées. Le but de ce soutien est de permettre aux programmes bénéficiaires d'étendre et d'augmenter leur impact combiné pour atteindre encore plus de Canadiens au cours des cinq prochaines années.

IYMP est un programme parascolaire axé sur les relations et dirigé par un mentor pour un mode de vie sain et offert par des adolescents autochtones pour les enfants de leur communauté. Cet investissement de LEAP permettra à l'équipe IYMP d'améliorer sa programmation dans les 50 communautés existantes où elle opère actuellement, et de s'étendre à plus de 100 communautés au cours des cinq prochaines années.

Le financement fera une différence significative dans la vie des participants, apportant les ressources nécessaires pour continuer à développer un programme visant à fournir des stratégies de santé adaptées aux communautés individuelles.

«Nous avons recadré la prévention du diabète dans un cadre culturellement sûr et nous nous concentrons sur la résilience», déclare le Dr Jonathan McGavock, un scientifique Settler de l'Université du Manitoba, chercheur au Children's Hospital Research Institute of Manitoba et Diabetes Action Canada chercheur, qui aide à soutenir le bras de recherche de l'IYMP. «En faisant participer les jeunes autochtones de leur communauté à l'adaptation et à la prestation du programme, ils peuvent l'adapter de la manière qui fonctionne le mieux. Ce programme de mentorat par les pairs, respectueux de la culture, surmonte l'approche individualisée occidentalisée.

Depuis sa création, l'IYMP a reçu le soutien de Diabetes Action Canada et d'autres organismes de financement, ce qui a permis à l'équipe de développer lentement ses capacités et de prouver que son succès pouvait se traduire dans un plus grand nombre de communautés. Ce financement supplémentaire du LEAP offrira encore plus d'opportunités de croissance et permettra à l'IYMP de passer d'un foyer de recherche à une organisation communautaire appelée Ever Active Schools. Cela permettra également à des messages importants sur le diabète de s'imposer dans l'esprit des jeunes qui peuvent être à risque.

«Nous avons tendance à blâmer le diabète sur les gens. Vous ne l'avez pas fait, vous ne l'avez pas fait », dit McGavock. «Nous en retirons cela. Nous essayons vraiment de repenser cela afin que ce soit quelque chose de durable à long terme, mais aussi culturellement sûr et fondé sur les enseignements et les connaissances autochtones que les communautés ont depuis des millénaires.

Alors que COVID a fait pivoter le programme cette année, McGavock a été inspiré par l'ingéniosité dont les jeunes adultes qui dirigent le programme ont fait preuve pour s'adapter. Ils ont offert des programmes de repas en plein air, des programmes virtuels et d'autres solutions qui aident à rencontrer les jeunes là où ils se trouvent, y compris l'ajustement des horaires de programmation pour refléter les nouveaux horaires scolaires en ligne.

Les séances de formation en personne et les grands rassemblements d'équipe qui ont été un point culminant du programme ces dernières années, réunissant des jeunes de partout au Canada pour se connecter, partager et apprendre les uns des autres, ont dû être temporairement interrompus. McGavock et l'équipe de l'IYMP à travers le Canada sont impatients de recommencer à faire ce travail, mais aussi ravis de voir que même sans ces occasions de créer des liens, le programme est en plein essor.

«Nous ne pouvons pas voyager dans les communautés; ils ne peuvent pas voyager pour nous voir. Cela va donc être un défi », déclare McGavock. «Mais nous voulons nous connecter plus profondément avec les communautés, via des plateformes Web, grâce à la narration. Au printemps dernier, nous avons organisé deux mois de discussions au coin du feu avec les aînés et des réflexions de la communauté sur ce que l'IYMP signifie pour eux. Nous avons vraiment essayé de nous connecter plus profondément en tant que groupe, et de voir si nous pouvons l'élargir plus largement, ou plus profondément au sein de la communauté et toucher plus d'enfants.

En savoir plus sur l' Programme de mentorat pour les jeunes autochtones.

En savoir plus sur LEAP Pecaut Center for Social Change.


Restez à jour avec des nouvelles et des événements