Le National Diabetes Repository facilite la recherche sur les pharmacothérapies pour le diabète de type 2

points de données sur fond bleu foncé

Par Krista Lamb

Une nouvelle recherche dirigée par le Dr Darren Lau de l'Université de l'Alberta utilise les données du National Diabetes Repository de Diabetes Action Canada pour déterminer si les personnes atteintes de diabète de type 2 devraient avoir accès à de nouvelles pharmacothérapies. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal canadien du diabète.

"Il existe deux nouvelles classes de médicaments contre le diabète - les inhibiteurs du SGLT-2 et les agonistes des récepteurs du GLP-1 - qui non seulement abaissent la glycémie, mais peuvent en fait prévenir les crises cardiaques et l'insuffisance rénale. La nouvelle façon de penser à ces médicaments est d'amener les gens à les prendre, quelle que soit leur glycémie, et c'est parce que vous voulez obtenir ces avantages pour le cœur et les reins », explique Lau. « En appliquant cette réflexion, nous avons constaté que de 17 % à 60 % des adultes atteints de diabète devraient prendre un ou plusieurs de ces médicaments. C'est un grand nombre de personnes. Nous avons également constaté que les taux d'utilisation actuels ne sont que de 14 % pour les inhibiteurs du SGLT-2 et de 4 % pour les agonistes des récepteurs du GLP-1 chez les patients qui en ont vraiment besoin. Beaucoup de ces personnes ont un bon contrôle de la glycémie et pourraient même ne pas savoir qu'elles bénéficieraient d'un changement de leurs médicaments.

Ce type de projet montre à quel point il peut être utile pour les chercheurs d'avoir accès à des données anonymisées sur la santé des personnes vivant avec le diabète. Le National Diabetes Repository rend cet accès possible pour certains projets de recherche visant à créer de meilleurs résultats de santé pour les personnes vivant avec le diabète.

« Diabetes Action Canada a fourni un ensemble de données très puissant et unique, nous permettant d'examiner les Canadiens atteints de diabète que les médecins de famille voient tous les jours. Le processus de mise au travail avec ces données était vraiment protecteur des informations des patients, mais aussi très efficace pour nous de commencer à faire notre analyse. Ce travail n'aurait pas été possible sans Diabetes Action Canada », déclare Lau.

Le document est maintenant disponible en ligne sur le site Web du Journal canadien du diabète.


Restez à jour avec des nouvelles et des événements