Nouvelle publication du programme Sexe et Genre

Femme regardant son téléphone tout en portant un appareil de surveillance de la glycémie

 

Par Krista Lamb

Un nouvel article du laboratoire du Dr Robin Mason de notre équipe Sexe et genre a été publié dans le Journal canadien du diabète. Le papier, Explorer l'expérience vécue du diabète à travers une lentille intersectionnelle : Une étude qualitative d'adultes atteints de diabète de type 1 et de type 2, examine en profondeur la façon dont l'expérience vécue par une personne affecte ses résultats en matière de diabète.

«En termes de résultats de recherche, je pense que la principale conclusion de notre étude est que les décisions en matière de soins et de traitement doivent vraiment être discutées avec l'individu et adaptées à l'individu et qu'avoir ce type de conversation nécessite que les prestataires de soins s'engagent dans un type de relation différent avec leurs patients », explique Mason. "Mais l'autre élément clé à retenir de ce projet a moins à voir avec les résultats de l'étude et plus avec le processus de recherche lui-même, en particulier comment travailler avec les patients partenaires a enrichi non seulement l'étude de toutes sortes de façons, mais aussi notre compréhension de ce que c'est vivre avec le diabète.

Deux patients partenaires de Diabetes Action Canada, Virtue Bajurny et André Gaudreau, étaient membres de l'équipe de recherche et co-auteurs de l'article.

« Ce projet a été longtemps en développement. L'idée de l'étude est née de conversations et de présentations que j'ai entendues lors de la conférence et des réunions annuelles passées d'Action diabète Canada. Il y avait, par exemple, des commentaires de jeunes femmes sur l'imprévisibilité de leur glycémie lorsqu'elles avaient leurs règles et sur le peu d'informations qu'elles avaient sur cette possibilité de la part de leurs médecins. J'étais intéressé par les autres expériences potentiellement «inconnues» qu'il pourrait y avoir », explique Mason. « Lors de l'une des réunions annuelles, j'ai lancé l'idée et demandé s'il y avait des patients qui seraient intéressés à s'associer à une étude collaborative sur la vie avec le diabète. Quelques personnes ont exprimé leur intérêt et certaines d'entre elles sont restées intéressées au cours de l'année suivante (et plus) pendant que nous travaillions pour lancer l'étude et trouvions la bonne personne, le Dr Zoey Jones, pour diriger, et Jenn Akerman pour aider à l'étude. Nous avons envoyé des mises à jour par e-mail aux personnes intéressées et lorsque nous étions en mesure de commencer, nous nous sommes rencontrés régulièrement via Zoom. Les patients partenaires étaient des partenaires à part entière dans la mesure où ils avaient le temps et l'intérêt. Ils ont aidé à élaborer le guide d'entretien, participé à la formation sur le logiciel de codage, codé des extraits de transcription, aidé à la dénomination thématique et à l'organisation des résultats, etc.

Cette étude est un excellent exemple de la façon dont les personnes atteintes de diabète peuvent être pleinement intégrées dans une étude de recherche et fournit des enseignements importants sur la nécessité d'intégrer l'expérience de vie d'une personne dans la recherche sur les thérapies potentielles pour le diabète.

 


Restez à jour avec des nouvelles et des événements