Système de gestion des données de recherche pour les patients, les pratiques et les populations (SGDRPPP)

shutterstock_435284071

C’est par l’accroissement de l’utilisation des connaissances existantes et la création de nouvelles connaissances que nous parviendrons à prévenir les complications associées au diabète. À cet effet, Action diabète Canada crée actuellement un système de données sur la santé en utilisant de l’information qui sera fournie par les patients, les collectivités et les populations qui sera utilisée par ces derniers. Les données proviendront de patients issus de collectivités membres du Réseau canadien de surveillance sentinelle en soins primaires (RCSSSP) ou de patients fournissant de l’information par l’intermédiaire de l’application en santé bant. Cela signifie que le système regroupera de l’information sur la santé recueillie régulièrement auprès de diverses sources, entre autres des dossiers médicaux électroniques et des patients ayant accepté de participer au projet. Ce registre de diabétiques nous permettra de fournir des rappels aux gens qui doivent prendre un rendez-vous, ce qui nous aidera à veiller à ce qu’une revue efficace des soins offerts à ces patients pour leur diabète soit effectuée en vue de prévenir ou de gérer les complications. Au Canada, des systèmes similaires fonctionnent déjà bien pour le dépistage du cancer. De plus, dans bon nombre de pays occidentaux, des populations entières font régulièrement l’objet d’un dépistage pour le diabète et ses complications. Un autre avantage de notre SGDRPCP sera une plus grande capacité à cibler les patients, les collectivités et les populations qui pourraient prendre part à la recherche afin de générer de nouvelles données. Les diabétiques qui pourraient tirer avantage de nouveaux médicaments pour prévenir des complications comme la cécité recevront en effet de l’information et des invitations à participer à des études ayant pour but de déterminer si les nouveaux traitements fonctionnent. De plus, les collectivités et populations seront invitées à prendre part à des études évaluant de nouvelles méthodes, potentiellement plus efficaces, pour l’organisation des soins offerts aux diabétiques. Un système de gestion des données ne peut à lui seul prévenir les complications; cependant, les patients, cliniciens, chercheurs et décideurs qui l’utiliseront parviendront à le faire en améliorant la prise de décision conjointe et l’autogestion.