Message des coresponsables scientifiques

 

Se servir des données pour améliorer les soins de santé offerts aux personnes diabétiques


 

Sur la couverture du numéro de la revue The Economist paru le 3 février dernier, on pouvait lire le titre suivant : « Doctor You: How data will transform health care » [Docteur Vous : comment les données révolutionneront les soins de santé]. L’article décrivait comment l’accès en temps opportun à ses renseignements de santé personnels permet aux patients et à leurs fournisseurs de soins de santé d’élaborer et de mettre en œuvre des plans d’intervention qui améliorent les résultats en matière de santé. Dans son rapport de 2016, Valeur et possibilités créées par les biens numériques pour la santé de l’Ontario, Ed Clark véhiculait un message similaire[1]. En effet, M. Clark soutient que « tous les Ontariens doivent avoir accès en ligne aux renseignements sur leur santé, notamment des résultats d’analyses, et à des outils éprouvés qui leur permettront de prendre des rendez-vous, demander un renouvellement d’ordonnance, communiquer avec leurs fournisseurs de soins de santé, gérer leur santé et partager des renseignements selon leur bon vouloir avec d’autres personnes participant à leurs soins ». Il souligne que la province a déjà mis en place de nombreuses composantes d’un éventuel système de dossiers médicaux électroniques. Il rappelle toutefois que le manque d’accès des patients à leurs données et l’incapacité des professionnels de la santé à joindre de façon proactive les patients qui profiteraient de soins préventifs ou de suivis représentent une dernière étape cruciale à franchir. Or, Action diabète Canada cherche à franchir cette dernière étape. Dans ce numéro du bulletin, vous découvrirez les innovations que Joe Cafazzo, Ph. D., et Shivani Goyal, Ph. D., développent dans le secteur des communications numériques pour relever ce défi. Leur application mobile, appelée bant en l’honneur de Sir Frederick Banting, a d’abord été conçue pour faciliter la surveillance de la glycémie chez les enfants atteints du diabète de type 1. Elle a ensuite évolué pour devenir un puissant outil d’aide à l’auto-prise en charge pour les personnes diabétiques de types 1 et 2. L’appli simplifie aussi la communication directe avec les fournisseurs de soins de santé. De plus, elle sera reliée à des systèmes de santé numériques pour permettre l’accès aux données requises pour la surveillance des facteurs de risque associés au diabète et pour faciliter leur partage. Elle déclenchera la mise en œuvre d’interventions, qu’elle orientera en s’appuyant sur les plus récentes lignes directrices fondées sur des données probantes. Des projets de recherche axée sur le patient sont en cours afin d’évaluer l’efficacité de bant en ce qui a trait à l’amélioration des résultats en matière de santé. Les conclusions qui seront tirées de ces études guideront le développement itératif continu de l’application. Ces efforts complètent notre projet de répertoire national du diabète, dont la faisabilité a été démontrée, et serviront au recrutement de participants pour nos essais cliniques pragmatiques. Nous percevons les applications futures de bant comme un facteur clé de succès dans l’atteinte de notre mission.

 

En faisant la lecture de ce bulletin, vous en apprendrez également sur la participation de nos patients partenaires à d’importantes activités d’enseignement et d’apprentissage visant à renforcer la capacité de recherche axée sur le patient. Dans un autre ordre d’idées, nous sommes très fiers de collaborer avec Diabète Canada, que nous remercions de nous avoir permis d’obtenir le soutien de la Société Financière Manuvie. Ces partenariats nous permettront d’offrir notre Aboriginal Youth Mentorship Program [programme de mentorat pour les jeunes Autochtones] à la First Nations School of Toronto, le premier site situé dans un centre-ville canadien. Par ailleurs, Action diabète Canada est représenté au sein du comité directeur et de divers groupes de travail du projet pilote sur le diabète de type 2 en Ontario qui s’inscrit dans l’initiative « Value in Healthcare » [Valeur dans les soins de santé] du Forum économique mondial. Nous poursuivons nos efforts de réseautage stratégique.

 

Enfin, nous tenons à souhaiter la meilleure des chances à tous les chercheurs qui soumettront une demande de subvention de recherche ce printemps. Nous avons hâte à l’atelier annuel qui se tiendra les 4 et 5 mai prochains à Toronto. Ce sera l’occasion d’échanger avec de nombreux patients partenaires, chercheurs, membres du conseil de direction et représentants des commanditaires, pour évaluer les progrès accomplis et planifier ensemble les prochaines étapes de tous nos projets.

 

 

 

 

 

 

 

Gary Lewis et Jean-Pierre Després

[1] https://www.ontario.ca/fr/page/valeur-et-possibilites-creees-par-les-biens-numeriques-pour-la-sante-de-lontario